Le Monde de Toril Index du Forum Le Monde de Toril
Le forum des Royaumes Oubliés
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le saigneur de la nuit
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Monde de Toril Index du Forum -> Les Chroniques Oubliées
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Morcar
Ao


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6605
Localisation: Vannes

MessagePosté le: Lun Avr 25, 2005 10:00 pm    Sujet du message: Le saigneur de la nuit Répondre en citant

Allez, je tente le coup avec un petit prologue, sans savoir vraiment où je vais (j'ai quelques idées, mais je suis loin de tout avoir). On verra si ça vous plaira.
Inutile de répérer les fautes d'orthographe MdI, il y en a assurément, mais il faudra faire avec Wink

----------------

PROLOGUE

1373 CV

La pluie ruisselait sur les pavés du cimetière d’Athkatla, la capitale d’Amn, où Selktar était arrivé quelques jours auparavant, et ses pas glissèrent à de nombreuses reprises sur les pierres de l’allée principale. La nuit, l’endroit était effrayant. Les tombeaux semblaient pousser des gémissements, les croix semblaient se mouvoir, se tordre. Le vent semblait pousser un cri en se faufilant entre les monuments édifiés par les riches familles de la région en la mémoire de l’un des leurs.
Malgré l’épaisse obscurité que sa torche avait du mal à transpercer, Selktar pouvait apercevoir, en tournant le dos, les Flèches d’or, le temple dédié à Waukyne, qui s’élevaient dans le ciel, surplombant la baie d’Athkatla. Un frisson remonta le long de la colonne vertébrale de l’archéologue, un frisson dont il ne put dire s’il était dû au froid où à la peur.
Quelle qu’était la raison, elle ne le retiendrait pas et il continua d’avancer dans l’allée principale. Ce qu’il allait enfin découvrir, il le cherchait depuis si longtemps qu’il ne pouvait désormais plus reculer. Son ami Arvis avait pourtant tenter de le dissuader, il y avait de cela quelques années, alors qu’il commençait tout juste ses prospections, mais alors qu’il dissimulait ses recherches, il ne les abandonnait pas pour autant, et le jour où son meilleur ami découvrit qu’il lui avait menti tout ce temps, il ne put l’accepter. Pour Arvis qui n’avait pas l’âme d’archéologue de Selktar, il était impensable de s’obstiner ainsi à fouiller une histoire si ancienne. Mais l’archéologue était persuadé que cette histoire datant de bientôt 200 ans n’était pas terminée, et qu’il avait un rôle à y jouer.
Voilà pourquoi il était là ce soir là, après tant de sacrifice, dont celui de son amitié avec Arvis qu’il n’avait pas revu depuis bientôt deux ans. Selktar avait du s’avouer plusieurs fois que le jeune guerrier avec qui il avait grandi à Luskan lui manquait tout de même, malgré leurs différences qui les avaient séparés. Depuis sa plus jeune enfance, il avait été attiré par tout ce qui était ancien, cherchant toujours à connaître l’origine des choses, alors que son ami ne songeait qu’à s’entraîner au combat. Malgré leurs idéaux différents, les deux garçons étaient restés les meilleurs amis du monde pendant de nombreuses années, jusqu’à cette fois…
Le tombeau de Arlin. Le monument était plutôt modeste, et Selktar n’aurait pas imaginé que le célèbre chevalier fut enterré dans un tel endroit. Enfant d’une riche famille, le chevalier aurait en tout logique du être mis en terre dans une sépulture beaucoup plus excentrique, comme toutes celles que l’on pouvait voir dans le cimetière. Alors voilà où se trouvait la clé de toutes les recherches que l’archéologue avait entreprises depuis tant de temps.
Debout face au bâtiment, il hésita encore un instant, songeant qu’il ressortirait probablement transformé par ce qu’il allait découvrir là. Après quelques incertitudes, il se décida à pousser la lourde porte qui n’était même pas verrouillée et donnait sur un escalier qui s’enfonçait profondément dans le sol, disparaissant dans l’obscurité que même la torche que tenait le jeune homme dans la main ne pouvait éclaircir. Les premiers pas sur les marches de pierre furent les plus difficile à faire, mais une fois bien engagé dans le boyau qui s’engouffrait dans les entrailles du cimetière, Selktar retrouva la courage qui l’avait mené jusqu’ici et avança d’un pas décidé… pour tomber nez à nez avec un visage pâle et sans vie.
Les hurlements de l’archéologue furent étouffés par la profondeur du tunnel dans lequel il s’était aventuré, puis ils se turent et le silence de la nuit repris son cours normal, comme si rien de tout ceci ne s’était passé.


Dernière édition par Morcar le Jeu Juil 20, 2006 10:14 pm; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Le Maître de l'Intrigue
Mercenaire


Inscrit le: 22 Déc 2004
Messages: 1413
Localisation: N'essayez pas de me chercher ailleurs que partout

MessagePosté le: Mer Avr 27, 2005 8:39 am    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime beaucoup. J'éspère que tu vas faire un suite. Dommage que la vie de l'archéologue prenne fin si vite. TU VEUX MA MORT OU QUOI (je veux être archéologue plus tard) ?

J'ai rien noté de bien grave à part la répétition de "semblait". Un "là" qui apparaît un peu trop aussi.

Et quelques erreures de conjugaison aussi:

le tombeau d'Arlin et pas de Arlin.

Les premiers pas sur les marches de pierre furenr les plus difficiles

Il y a une phrase que je ne comprend pas: "Selktar avait du s'avouer plusieurs fois que le jeune guerrier avec qui il avait grandi à Luskan."

"Vive" les morts-vivants (si vous me permettez l'expression). Laughing Laughing Laughing
_________________
La réalité telle que nous la perçevons n'est qu'une illusion; et au travers de notre perception, l'illusion devient réalité.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Platin'woman
Chevalier


Inscrit le: 18 Nov 2004
Messages: 305

MessagePosté le: Mer Avr 27, 2005 10:52 am    Sujet du message: Répondre en citant

Cool ca va j'aime bien Very Happy

Citation:
pour tomber nez à nez avec un visage pâle et sans vie.
Les hurlements de l’archéologue furent étouffés par la profondeur du tunnel dans lequel il s’était aventuré, puis ils se turent et le silence de la nuit repris son cours normal, comme si rien de tout ceci ne s’était passé


Je ne suis pas certaine qu'il soit mort... puis c'est un prologue, je ne voit pas l'intéret de faire mourrir un personnage qui a l'air important dès le départ ...

euh .. Rolling Eyes elle arrive quand la suite Embarassed ^^
Quelle vieille histoire ? et son ami il devient quoi ? et euh ... il est vivant ou pas alors ? Pourquoi il va visiter tout ça de nuit, c'est une fouille officieuse ? lol
_________________
Ce n'est que mon humble avis ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Morcar
Ao


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6605
Localisation: Vannes

MessagePosté le: Mer Avr 27, 2005 12:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Evidemment qu'il y aura une suite ! Laughing
Par contre, j'ai beau avoir dit à MdI de ne pas chercher les fautes, il n'a pas pu s'empêcher. C'est une manie chez lui ! Big Grin

Le Maître de l'Intrigue a écrit:
J'ai rien noté de bien grave à part la répétition de "semblait".

Ah oui tiens ! Je l'ai utilisé trois fois très rapprochées au départ. Confused

Le Maître de l'Intrigue a écrit:
Il y a une phrase que je ne comprend pas: "Selktar avait du s'avouer plusieurs fois que le jeune guerrier avec qui il avait grandi à Luskan."

Euh... Je ne la comprends pas non plus... Embarassed
Il me reste à retrouver ce que je voulais dire là et corriger ça Laughing J'ai du commencer ma phrase, réfléchir, et partir sur une autre phrase en oubliant de terminer celle-ci Mr. Green
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Ouragan
Chevalier


Inscrit le: 01 Sep 2004
Messages: 430
Localisation: Yvelines

MessagePosté le: Mer Avr 27, 2005 6:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le Maître de l'Intrigue a écrit:
Et quelques erreures de conjugaison


Moi aussi, je ne peux m'empêcher de corriger certaines fautes d'orthographe : on dit une erreur et des erreurs sans 'e' à la fin !! Laughing

Concernant ce sympathique prologue, Morcar, le lieu où se déroule l'action promet déjà beaucoup même s'il m'influence en me faisant m'imaginer certains événements du fait de certaines pérégrinations en ces lieux dans BGII:SoA... qui a dit Bodhi et sa clique ? les momies et leurs cercueils piégés ? Rolling Eyes
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Le Maître de l'Intrigue
Mercenaire


Inscrit le: 22 Déc 2004
Messages: 1413
Localisation: N'essayez pas de me chercher ailleurs que partout

MessagePosté le: Jeu Avr 28, 2005 9:08 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ouragan a écrit:


Moi aussi, je ne peux m'empêcher de corriger certaines fautes d'orthographe : on dit une erreur et des erreurs sans 'e' à la fin !! Laughing


Embarassed Embarassed Embarassed Vous m'en voyez profondément confus ma chère. Je Sors

Selktar avait du s'avouer plsieurs fois que le guerrier avecqui il avait grandi à Luskan n'était pas comme lui.

Qu'est ce que tu en penses Morcar?
_________________
La réalité telle que nous la perçevons n'est qu'une illusion; et au travers de notre perception, l'illusion devient réalité.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
April
Paysan


Inscrit le: 13 Mar 2005
Messages: 10

MessagePosté le: Ven Avr 29, 2005 8:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'aime bien, j'attend la suite ^-^
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Elladan
Paladin


Inscrit le: 05 Sep 2004
Messages: 2042
Localisation: En train de parcourir la Haute Forêt, en bordure des Marches d'Argent.

MessagePosté le: Mer Mai 04, 2005 1:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est vrai que ça me fait penser à BG2 .

J'aime bien, pour une fois qu'on tombe sur quelqu'un de "normal" ( pas grand aventurier ou guerrier...), juste archéologue...du moins, pour le moment... Wink
_________________
Elen síla lúmenn’ omentielvo. Amin naa Elladan, noldocunduyë Eärendil indyoho.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Le Maître de l'Intrigue
Mercenaire


Inscrit le: 22 Déc 2004
Messages: 1413
Localisation: N'essayez pas de me chercher ailleurs que partout

MessagePosté le: Jeu Mai 05, 2005 8:28 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ben on est tombé dessus, mais... on l'a vite enterré. Sad

J'éspère que Morcar le fera réapparaître sous une forme ou une autre.
_________________
La réalité telle que nous la perçevons n'est qu'une illusion; et au travers de notre perception, l'illusion devient réalité.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fitz
Maître d'arme


Inscrit le: 05 Fév 2005
Messages: 896

MessagePosté le: Jeu Mai 05, 2005 10:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

je comprend pas, c'est pas parce que l'on pousse un cri que 'on est obligatoirement mort, ou alors je le suis depuis longtemps, et pas que moi certainement.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Xen phoenix
Mercenaire


Inscrit le: 09 Sep 2004
Messages: 1456
Localisation: Eryndlyn

MessagePosté le: Jeu Mai 05, 2005 12:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouais, mais enfin il pousse un cris et apres on entend plus rien quoi. Comme c'est un archéologue avec une torche, ça m'étonnerai un peu qu'il ai dépioté le zombi...

Tiens, tiens... Ca pourrait être ça : Morcar nous reserverai-t-il une surprise? Shut
_________________
Chieur pointilleux qui joue sur les mots... De service. Entretien sur rendez vous uniquement Big Grin
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Morcar
Ao


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6605
Localisation: Vannes

MessagePosté le: Jeu Mai 05, 2005 1:29 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hé hé !
Je vois que vous vous posez des questions en tout cas. Donc sur ce point de vue, c'est réussi, ça fait plaisir Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Morcar
Ao


Inscrit le: 06 Aoû 2004
Messages: 6605
Localisation: Vannes

MessagePosté le: Mar Mai 10, 2005 6:31 pm    Sujet du message: Répondre en citant

PREMIERE PARTIE

Chapitre 1

1182 CV - Année du Tombeau

La cité des navigateurs était plutôt calme ce soir là, et Freryn Nilhenwen faisait sa ronde habituelle, avec ses deux compagnons de travail, sans rencontrer aucun ennui. Luskan n’était pourtant pas une ville réputée pour sa quiétude. Peuplée de nordiques, pour la plupart anciens pirates, elle connaissait souvent des nuits agitées par des clients saouls qui lançaient une bagarre dans une taverne ici ou là, ou par un voleur qui dérobait la bourse d’un passant qui tentait alors de le rattraper en hurlant dans tous les sens pour que quelqu’un vienne lui apporter son aide.
Freryn faisait partie de la milice locale depuis quelques années déjà, et il pouvait compter les nuits où rien ne s’était passé sur les doigts des mains. C’est pour cette raison que cette nuit là encore, il restait méfiant, surveillant chaque ruelle, chaque impasse, à la recherche d’un quelconque criminel, sachant très bien qu’à un moment ou un autre lui et ses collègues en rencontreraient un.
Lui, Altéus et Azgar allaient tourner à un coin de rue quand ils entendirent un bruit suspect derrière eux. Pourtant, en scrutant la ruelle où ils venaient de passer, ils ne remarquèrent rien d’inhabituel. Le temps semblait s’être figé. Les trois gardes avancèrent doucement en fouillant du regard chaque coin d’ombre où aurait pu se cacher quelque malfrat.
Azgar se glissait le long du mur d’une habitation quand il entendit un bruit au dessus de lui, et aperçu de suite quelque chose qui s’écrasa sur les pavés face à lui. En levant les yeux, il pu reconnaître la silhouette d’une personne pendue par un bras au bord de la toiture du bâtiment. L’autre bras devait auparavant être lui aussi accroché au toit, mais le bois avait cédé sous le poids du voyou et un morceau s’était décroché pour finir sous les yeux du garde.

- Là haut ! hurla Azgar.

Une dague de jet siffla en traversant l’air en direction de la gorge de celui qui avait découvert le voleur. Celui qui en était la cible eut tout juste le temps de l’éviter, et la lame lui griffa la peau du cou. Le cambrioleur avait profité de cet instant pour terminer son ascension sur le toit de l’habitation et espérer ainsi échapper à la milice.

- Contournez le bâtiment par cette rue, ordonna Freryn a ses compagnons. Je vais emprunter cet escalier pour le rejoindre là haut.

Le jeune homme monta quatre par quatre les marches d’un escalier extérieur qui permettait de monter directement aux étages supérieur du bâtiment qui comportait plusieurs habitations, une à chaque étage. Arrivé au niveau du dernier étage, il du pourtant grimper en s’agrippant aux pierres du mur pour atteindre le dessus de la maison. Lorsqu’il fut enfin en haut, il aperçu, grâce à la clarté du ciel cette nuit-là, le fuyard trois bâtiments plus loin.
Le garde de Luskan ne se découragea pas et commença à courir sur la toiture en espérant qu’elle tienne sous son poids, tentant le plus possible de rester sur l’arrête de la charpente, là où se trouvait une solide poutre. Les ruelles de la cité des navigateurs étaient étroites, si bien que Freryn pu sauter par-dessus sans difficulté, mais le bandit prenait de l’avance petit à petit.
Par chance pour le milicien, celui qu’il poursuivait arriva face à une ruelle trop large par-dessus laquelle il savait qu’il ne pouvait pas sauter. Alors qu’il comptait descendre le long du mur pour atteindre le sol, une flèche le frôla, tirée par Altéus. Le forban se trouva forcé de faire demi-tour pour trouver un autre bâtiment plus rapproché de celui sur lequel il se trouvait.
Pendant ce temps, Freryn avait eut le temps de le rattraper et alors qu’il s’approchait de lui, son adversaire lui lança une de ses dagues de jet, comme celle avec laquelle il avait tenté de tuer Azgar. Le garde détourna la dague d’un coup d’épée et s’avança de quelques pas pour se trouver assez prêt de son opposant pour l’attaquer. Le premier coup d’épée fut évité avec une grâce déconcertante, alors que le second fut bloqué par une lame courte que le voleur venait de sortir de sous sa cape.
Dans la position dans laquelle il était, Freryn pouvait bien tenter une tactique qui lui avait permis, quelques années auparavant, de gagner plusieurs fois un combat. Celle-ci visait à tromper l’adversaire, à lui donner la possibilité de blesser mortellement le garde de Luskan, et à éviter au dernier moment le coup et profiter du trou que l’autre laissait dans sa garde pour l’abattre d’un coup de lame dans le flan droit.

Quelques années auparavant, Freryn aurait tenté le coup, ne se souciant pas de savoir s’il reviendrait vivant chez lui une fois sa ronde terminée ou s’il allait mourir pour sa cité. Cela aurait même été une fierté pour lui de donner sa vie pour Luskan, mais les choses avaient changé depuis : il avait rencontré cette jeune femme originaire de Padhiver avec qui il était aujourd’hui fiancé.
Elle était venue à Luskan pour vendre des produits artisanaux fabriqués par son père. Padhiver était reconnue pour l’ouvrage de ses maîtres artisans : horlogerie, joaillerie, etc… Elle était arrivée de nuit en ville, ayant été retardée sur la route à cause d’un accident au cours duquel une roue de son chariot avait été cassée. Alors qu’elle traversait les rues sombres de la cité, elle avait été attaquée par un groupe de forbans qui souhaitaient dévaliser sa cargaison.
Freryn, Altéus et Azgar étaient rapidement arrivés sur les lieux, entendant les cris de la jeune femme qui avait bien cru vivre là ses derniers instants, et s’étaient lancés à la poursuite des deux voyous qu’ils avaient rattrapés deux coins de rue plus loin. Alors que ses deux compagnons amenaient leurs prisonnier en prison, Freryn était revenu vers le chariot pour rapporter à la jeune femme ce qu’il avait récupéré, et vérifier qu’elle allait bien. Il l’avait alors accompagnée jusqu’à chez une tante à elle qui devait la loger.
Le lendemain, il était repassé prendre de ses nouvelles. Non pas que son métier l’obligeait à s’inquiéter ainsi de ceux qu’il avait aidé, mais parce qu’il n’avait pas pu retenir son désir de revoir cette belle femme. Ils s’étaient revus plusieurs fois, et lorsqu’elle du repartir pour Padhiver, ce fut un déchirement pour le garde de Luskan. Mais à chaque fois qu’elle revint, ils se donnèrent rendez-vous, et peu de temps après, il l’accompagna jusqu’à sa cité natale pour demander sa main à son père.

Il ne pouvait donc aujourd’hui plus prendre le risque de mourir ainsi, laissant derrière lui celle qu’il aimait, et il ne pu donc pas tenter cette tactique qu’il avait inventée. Son esprit s’était égaré quelques instants et son adversaire en profita pour porter une attaque avec son épée courte. Celle-ci fut puissante, mais le garde para le coup avec la pointe de son épée. Cependant, ceci le déséquilibra et il tomba en arrière. Il roula alors sur le toit en direction de la ruelle. Il s’accrocha juste à temps au rebord pour ne pas tomber de trois étages de hauteur et du laisser tomber son épée pour se tenir avec les deux mains. Le bruit métallique de sa lame rencontrant les pavés de la rue résonna entre les bâtiments.
Le forbans hésita un moment à avancer vers le bord du toit pour pousser le garde dans le vide, mais il préféra ne pas prendre le risque de s’approcher et il s’enfuit dans l’obscurité.

Quand Freryn redescendit dans la rue retrouver ses compagnons, il espéra qu’ils lui apprennent la capture de celui qui avait failli le tuer, mais il fut déçu par la réponse qu’ils lui donnèrent.
Après avoir récupéré sa lame, le jeune milicien rentra chez lui, encore choqué par ce qui venait de lui arriver. A une semaine de son mariage, il aurait vraiment été dommage de laisser sa vie sur les pavés de Luskan.

---------

1373 CV

- Arvis Perlanthir ?
- Oui ?
- Vous êtes Arvis Perlanthir ?
- Je viens de vous dire que oui. Que me voulez-vous ?
- J’ai un message pour vous. Votre ami vous avait plutôt bien décrit.
- Mon ami ?
- Selktar, c’est bien votre ami ?
- Oui.
- Alors voici un message de sa part. Vous me devez 100 pièces d’or.
- Comment ? Ce salop ne vous a pas payé ?
- Si, la moitié de ma course. Il m’a donné un message avec 100 pièces d’or en me demandant d’attendre deux jours. S’il revenait deux jours plus tard à la même taverne où nous nous étions retrouvé, il me reprendrait le message et me verserait 100 autres pièces d’or. Il m’a dit que s’il n’était pas revenu, alors je devrais vous apporter ce message et vous me payerez la deuxième moitié de la course.


Arvis décrocha la bourse qui était solidement attachée à sa ceinture et évalua son contenu. Il devait y avoir le compte ou un peu plus. Il donna celle-ci au coursier qui ne lui avait toujours pas donné le parchemin qu’il tenait.
Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eut de nouvelles de son ami, et le jeune garde de Luskan craignait que celles-ci soient mauvaises. Après que le coursier est vérifié le montant que lui avait donné Arvis, il lui tendit le manuscrit, démontrant ainsi que la somme était bonne, ou supérieur, ce qu’il se serait bien gardé de dire. Arvis déroula alors le message de son ami et le lu de suite :

Mon cher Arvis,

Je sais très bien que cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas adressé la parole, mais aujourd’hui, alors que je m’apprête à toucher au but de mes longues recherches, je ne peux que me tourner vers toi.
Si tu reçois ce message, c’est que je ne suis pas ressorti vivant de ma quête. Je ne te demande alors qu’une seule chose, c’est de ne pas tenter de me retrouver, car tu prendrais alors bien trop de risque, alors qu’il n’y a aucune chance que je sois encore en vie.
J’ai laissé à un endroit bien précis tout ce qui me restait, et qui aujourd’hui t’appartient. Il te suffit de te rendre à Eauprofonde et de te rendre au curieux passé, une boutique que tu devrais trouver facilement. Là-bas, la propriétaire te reconnaîtra et te donnera une clef qui te permettra d’ouvrir le coffre que j’ai laissé à l’endroit indiqué par le plan que je t’ai dessiné en bas de ce message.
Je te souhaite une bonne chance dans la vie, et je te prie de m’excuser pour les déceptions que je t’ai causées.

Ton ami, Selktar


Dans quoi Selktar avait-il bien pu se fourrer ? Arvis ne pouvait pas rester ainsi sans broncher. Il ne pouvait pas respecter la demande de son ami. Le soir même, il prépara ses affaires, après avoir prévenu son employeur de son départ, pour se rendre à Eauprofonde et tenter, à partir de ce qu’avait laissé derrière lui Selktar, de retrouver sa trace et de le sortir du guêpier dans lequel il s’était mis.


Dernière édition par Morcar le Jeu Juil 20, 2006 10:15 pm; édité 3 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Platin'woman
Chevalier


Inscrit le: 18 Nov 2004
Messages: 305

MessagePosté le: Jeu Mai 12, 2005 12:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Very Happy une histoire qui remonte le temps ! terrible ! ....
mais s'il part à la recherche de Selktar... y va po pouvoir se marier ^^ mdr
Ce coup ci je ne dirais pas que j'attends la suite avec impatience Embarassed
_________________
Ce n'est que mon humble avis ...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Elladan
Paladin


Inscrit le: 05 Sep 2004
Messages: 2042
Localisation: En train de parcourir la Haute Forêt, en bordure des Marches d'Argent.

MessagePosté le: Jeu Mai 12, 2005 3:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

GÉNIAL, on va avoir droit à une rencontre avec Bronwyn apparement . Very Happy
_________________
Elen síla lúmenn’ omentielvo. Amin naa Elladan, noldocunduyë Eärendil indyoho.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Monde de Toril Index du Forum -> Les Chroniques Oubliées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com