Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

Auteur : R.A. Salvatore
Traducteur : Éric Betsch
Couverture de : Todd Lockwood

Parution GF : Septembre 2012
Parution Poche : Janvier 2014
408 pages

Titre original : Neverwinter (2011)
Traduction intégrale

ISBN
Poche : 978-2811211226
GF : 978-2811208325

Année : 1462 CV - 1463 CV
Région : La Côte des Epées Septentionale
Ville : Padhiver


Résumé :

Le dernier de ses fidèles compagnons tombé, Drizzt, à présent seul, est libre pour la première fois depuis près de mille ans. Assailli d’une culpabilité mêlée de soulagement, il est désormais particulièrement sensible aux convictions de sa nouvelle alliée, Dahlia, une elfe aussi redoutable que séduisante. Voyager en sa compagnie constitue toutefois un défi à plus d’un titre. Tandis qu’ils cherchent tous les deux à punir le responsable de la destruction de Padhiver – Luskan a failli être également rayée de la carte –, Drizzt voit ses certitudes morales balayées par le point de vue peu conventionnel de Dahlia.

Face à de nouveaux adversaires, tandis que les vieux ennemis du drow bénéficient du soutien de redoutables alliés, Drizzt et Dahlia se retrouvent entraînés dans la bataille. Une situation que Drizzt apprécie de plus un plus. Un peu trop même… il se sent peu à peu glisser du côté opposé à la loi, en tentant de protéger ceux qu’elle n’a pas su défendre.

Mon avis :

      Après un excellent premier tome, c'est avec beaucoup d'intérêt que je me suis lancé dans la lecture de "Neverwinter", second tome de la séquence du même nom (on peut dire que l'éditeur américain a décidé de bien marquer le coup avec ce titre...), et pourtant il m'aura fallu un long moment pour le terminer, avec une longue pause en milieu de roman.

      A mes yeux, ce roman est composé de trois parties : une première formant une belle introduction à... on ne sait pas encore quoi, une seconde faisant d'avantage office de remplissage qu'autre chose, et une troisième très bonne proposant un beau prologue pour la suite. En bref, un bon prologue et beaucoup de remplissage.
      Car même s'il s'agit du second tome de cette séquence, et donc de la suite du précédent, "Gauntlgrym" formait en quelque sorte à la fois un épilogue à la période de vie de Drizzt entamée avec la Trilogie du Val Bise (tomes 4 à 6 de la Légende de Drizzt), et un prologue à l'histoire de Padhiver, et on pouvait donc espérer de ce second tome qu'il lance enfin vraiment l'histoire autour de cette cité. Pourtant dans un premier temps, R.A. Salvatore prend son temps pour envoyer Drizzt et sa nouvelle compagne de route à Luskan, pour rencontrer les nouveaux chefs de la "Cité Pirate". Or cette première partie met en place un certain nombre d'éléments totalement indépendants de l'histoire de Neverwiner, de l'Anneau de Terreur et des Néthérisse. On a alors l'impression en lisant cette partie (pourtant très sympatique à suivre), que l'on lit le prologue d'une autre aventure, comme si Salvatore pensait déjà à la séquence qui allait suivre celle de Neverwinter, et mettait déjà ici des éléments qu'il comptait réutiliser ensuite. L'unique réel intérêt de cette première partie est donc la découverte du nouveau binôme formé par Drizzt et Dhalia, un binôme qui va remettre en cause bien des convictions du célèbre elfe noir. L'évolution du personnage (qui se questionne plus qu'il ne change pour le moment) est certe intéressante, mais pourquoi donc nous avoir mis ça au milieu des pirates de Luskan ?
      Suite ensuite une looooooongue partie qui à mes yeux n'est que du remplissage, mettant en scène Drizzt et Dhalia en route vers Padhiver. Au cours de celles-ci, de nombreux combats nous sont décrits, dont un qui m'a semble interminable et sans grand intérêt. C'est d'ailleurs à ce moment que le livre m'est en quelque sorte tombé des mains, et que je l'ai laissé de côté pour plusieurs mois avant de la reprendre ensuite. Arrive enfin la dernière partie du roman, commençant par la rencontre de Drizzt et de Barrabus le Gris.

      Car un nouveau personnage fait son entrée dans ce roman, un personnage que les lecteurs suivant Drizzt depuis ses débuts reconnaîtront immédiatement, dès sa première description, tant Salvatore nous le décrit comme il le faisait déjà auparavant. Il a beau avoir changé de nom, la révélation de son vrai nom n'est donc en rien une surprise, d'autant que tous l'auront déjà reconnu sur la couverture de Todd Lockwood (une couverture une fois encore mensongère, comme la précédente, d'ailleurs, car elle n'illustre aucune scène du roman).
      Tout au long du roman, en parallèle des pérégriantions de Drizzt et Dhalia, on suit donc ce Barrabus le Gris, esclave du chef Néthérisse en place à Padhiver, dans un combat qui tourne un peu en rond. Néthérisse et Ashmadaï se livrent un combat à Padhiver, mais la situation n'évolue pas vraiment tout au long du roman. Et ce n'est que lorsque Drizzt et Dhalia arriveront enfin sur place que les choses intéressantes commenceront.

      Car lorsque le binôme se lie avec ce Barrabus, les choses commencent enfin à évoluer, et on commence à découvrir ce qui va former l'intrigue de fond de cette séquence. Or cette dernière partie compte moins de cent pages du roman, ce n'est en quelque sorte que l'épilogue de celui-ci, s'ouvrant sur une suite qui s'annonce très intéressante, pour chacun de ces personnages. Alors certe, Salvatore a mis en scène dans ce roman un très grand nombre de personnages, les relations entre tous ceux-ci, à coup d'alliances et de trahisons, sont assez intéressantes, mais l'action traîne à démarrer.

      A la fermeture du roman, la dernière partie de celui-ci, très bonne, m'a donc laissé un bon souvenir, mais j'ai malgré tout eut l'impression que ce livre est en grande partie composée de remplissage, tant l'auteur a traîné à mettre les choses en place. Je n'ai eut l'impression que de lire un très long prologue pour ce qui va suivre, si bien que mon avis final reste très mitigé.
      Après un aussi bon tome que Gauntlgrym, celui-ci fait vraiment pâle figure, et j'espère que le tome 3 sera bien meilleur, et que l'auteur ne nous fera pas encore du remplissage interminable.

L'avis des internautes


3 avis sur ce roman
Donner son avis

Retour à la page des romans

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril