Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

Auteur : R.A. Salvatore
Traducteur : Tristan Lathière
Couverture de : Aleksi Briclot

Parution GF : Juillet 2017

384 pages

Titre original : Hero (2016)
Traduction intégrale

ISBN
GF : 978-2811235857

Année : 1487 CV
Région : Villes drow
Ville : Menzoberranzan

Résumé :

La paix est presque revenue en Outreterre. Les hordes de démons ont disparu, pourtant la discorde règne parmi les mères matrones, partagées quant au sort à réserver à Drizzt Do'Urden. Mais l'une après l'autre, celles-ci se rendent compte que le drow renégat aura beau aller et venir, la Cité des Araignés survivra à jamais. Enfin libéré, Drizzt revient une fois de plus à la surface. Il ne reste plus qu'une ultime quête pour le drow solitaire : retrouver sa famille et son foyer.

Mon avis :

      Après de longues aventures, sur plus d'une trentaine de romans, et publiées sur près de trente ans, Drizzt tire sa révérence. Des aventures ayant conquis un large public, mais ayant aussi parfois subit les foudres des critiques, l'auteur n'ayant pas toujours été très inspiré. Alors qu'en est-il de cette ultime aventure ? Drizzt s'en va-t-il en beauté ou au contraire est-ce quelque peu à bout de souffle qu'il abandonne ses lecteurs ?

      Avec cet ultime roman, le titre original de cette trilogie, "Homeland", prend plus que jamais tout son sens, tandis que celui choisi par Milady semble plus encore que pour le précédent roman à côté de la plaque. Car si le premier tome de la trilogie parlait bien d'un retour à Gontelgrim, ses deux suites n'ont vraiment rien à voir avec ça, et c'est ici une signification bien plus métaphorique que prend ce titre.
      Dans cette aventure, réunissant tous les personnages de cette saga de romans, R.A. Salvatore apporte des idées très sympatiques, qu'on aurait même aimé voir d'avantage développées pour certaines, mais l'histoire donne parfois l'impression d'être un peu trop un fourre tout un peu chaotique, jusqu'à l'ultime passage qui réunit tout ces élément pour aller jusqu'au point final de l'aventure. Dès le début de la lecture, on est surpris de retrouver Régis et Wulfagr qui semblent vivre une aventure complètement à part de celle de Drizzt, et bien qu'on devine comment leurs aventures vont se lier, cela parait presque un peu trop artificiel.
      D'une certaine manière, l'histoires de Régis et Wulfgar et celle de Drizzt auraient méritées de former chacune un roman différent, comme l'auteur l'avait fait avec "L'épine dorsale du monde". Du coup, en voyant ces aventures mélangées, on a presque l'impression que l'auteur se "débarasse" de toutes les idées qu'il lui restait pour mettre un point final à sa saga. Et des deux aventures que l'on suit ici, celle de Régis et Wulfgar est celle la plus originale. A ce propos, on peut dire que la "résurrection" des Compagnons du Hall aura d'avantage profité aux personnages de Régis et Wulfgar, car alors qu'ils étaient à mes yeux les deux personnages les moins intéressants du groupe dans La légende de Drizzt et ses suites, depuis leur retour ils sont finalement devenus les deux personnages les plus originaux du groupe, sans doute car ce sont les seuls à avoir évolués, apportant donc un peu de renouveau à l'aventure.
      Du côté de Drizzt, si le début de son aventure risque de saouler les lecteurs qui commençaient déjà à se lasser depuis un moment de ses lamentations continuelles, ce vers quoi tout ça le mène est finalement plutôt intéressant, au point que j'aurais aimé le voir rester d'avantage dans ce lieu où il se recueille un moment.

      En parallèle, on retrouve évidemment les drows de Menzoberranzan, et principalement la jeune Yvonnelle, mais il faut avouer qu'à ce propos R.A. Salvatore ne semble plus savoir quoi faire de ces elfes noirs tant ce qu'il propose ici parait presque incohérent. Que Jarlaxle devienne ami avec Drizzt passait parfaitement, ce personnage ayant toujours été très ambigüe. Mais déjà le changement de Gromph dans le précédent tome paraissait incohérent, mais alors là... Et tout ça pour arriver au point final du roman avec un retour qui semble vraiment être de trop.
      Ceux qui ne sont pas amateurs de happy end en auront pour leurs frais. L'auteur voulait sans doute boucler la boucle, mais là il est allé à mon avis un peu trop loin.

      Avec les éléments intégrés ici autour du royaume de Damarie et autour de la Morada, de Régis et de Wulfgar, j'aurais bien eu envie de lire une autre aventure avec ces personnages uniquement, dans ce décors original, loin du Nord de Féérune. Mais R.A. Salvaore n'a pas pu s'empêcher pour finir de rassembler en quelque sorte tout ça, au point qu'on peut deviner que s'il écrivait une suite dans quelques années, on se retrouverait à nouveau dans les mêmes décors, alors qu'il avait la possibilité ici de proposer quelque chose de différent.
      C'est finalement sans vague à l'âme que l'on quitte Drizzt Do'Urden à la fin de cette aventure malgré tout sympathique à suivre, et assez inspirée à plusieurs niveaux. Mais il faut admettre une fois de plus que l'auteur a fait plus que le tour de ce qu'il pouvait proposer avec ce personnage, et il était donc temps qu'il tire sa révérence.
      S'il devait faire un retour, le mieux pour Drizzt Do'Urden serait sans aucun doute qu'il le fasse sous une autre plume que celle de Salvatore, qui ne semble pas parvenir à se détacher d'éléments et peine donc à proposer un renouveau pour ses personnages.

L'avis des internautes


1 avis sur ce roman
Donner son avis

Retour à la page des romans

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril