Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

Année : 1369 CV

Auteur : Troy Denning
Traducteur : Michèle Zachayus
Couverture de : Brom

Numéro : 77
Parution : Septembre 2005
377 pages

Titre original : Crucible : the trial of Cyric the mad (1998)
Traduction intégrale

ISBN : 2-265-08032-2

Edition Milady :

Résumé :

     Cyric, l'un des plus jeunes et des plus puissants dieux du Panthéon de Toril. Elevé au rang de divinité dans la trilogie des Avatars, va-t-il maintenant être victime de ses propres machinations ? Il a perdu la raison et ses actes ont eu de fâcheuses répercussions dans les hautes sphères divines. Pour les plus anciens parmi les dieux, il serait grand temps de ramener ce parvenu indésirable dans les limites de l'acceptable, et ce dans l'intérêt même de Toril, menacé d'annihilation pure et simple... Car si une guerre à outrance éclatait entre les divinités.... C'est pourquoi Cyric comparaîtra devant le Cercle des Douze, le tribunal de ses pairs présidé par le dieu de la Justice, Tyr l'Impartial en personne.
     Des clans se forment, pour et contre Cyric qui doit bientôt passer en jugement, et des complots se trament de tout côté... Tant et si bien que Mystra, la déesse de la Magie et son amant Kelemvor, le dieu des Morts, sont à leur tour cités à comparaître, et ils devront répondre de leurs singuliers manquements à tous leurs devoirs ! Les affrontements promettent d'être titanesques ! Certains dieux et certaines relations en seront changés à jamais...

Mon avis :

     Cela fait depuis le numéro 21 de la collection que nous n’avions pas eut de nouvelles directes de Cyric, Mystra, Kelemvor et autres personnages principaux de la séquence des avatars. Après une trilogie des avatars plutôt moyenne à mon goût (le dernier volet, "Eauprofonde" par Troy Denning en remontait cependant le niveau) et "Le prince des mensonges", de James Lowder, bien meilleur déjà, c’est à nouveau Troy Denning qui reprend la main pour nous raconter la suite de l’histoire de Cyric, le dieu devenu fou après avoir lu le livre qu’il avait lui-même créé pour que les mortels le vénèrent.

     J’aurais tendance à découper ce livre en deux parties : une première partie d’une centaine de pages qui pose l’histoire et les personnages, et une seconde partie qui débute lorsque les procès sont annoncés.

     La première partie m’a parut très longue et ne m’a pas énormément accroché. On y découvre surtout Malik, personnage que les lecteurs francophones connaissaient déjà puisque Fleuve Noir avait déjà auparavant édité la trilogie du retour des Archimages où l’on découvre la suite des aventures de cet adorateur de Cyric, et Ruha, Ménestrelle que l’on avait rencontré pour la première fois dans "La mer assoiffée" du même auteur. Le destin de ces deux personnages va donc être lié de près à l’histoire des divinités des Royaumes Oubliés. Durant cette première partie, j’ai craint que ce nouveau volet de la séquence ne soit pas meilleur que la trilogie de base. Pourtant, le style adopté, avec la narration à la première personne par Malik, est plutôt original et bien écrit (même si l’auteur ne peut pas s’empêcher évidemment de redevenir omniscient par moment, mais il parvient à nous donner une explication pour ceci simple mais bien trouvée).
     Cette première partie permet aussi de faire un résumé des faits précédents, par l’intermédiaire du journal de Rinda, afin de rappeler aux lecteurs ce qui s’est passé auparavant, surtout dans "Le prince des mensonges".

     Une fois cette première partie passée commence vraiment l’intrigue, divisée elle encore en deux parties : l’histoire de Malik, poursuivi par Ruha, qui tente d’aider son dieu d’un côté, et toutes les intrigues politiques entre les divinités d’un autre. C’est cette deuxième moitié qui m’a le plus accroché, personnellement. Les intrigues politiques sont vraiment très bien ficelées et il est vraiment impossible de deviner par avance ce qui va se passer ensuite et comment va se terminer ce procès. L’auteur a vraiment eut une imagination débordante et son roman est là d’une grande originalité, bien différent de tout autre roman héroïc-fantasy.
     Parallèlement aux machinations des divinités de Toril, l’aventure de Malik, bien que moins intéressante, n’en est pas ennuyante pour autant, surtout sur la fin.

     Cela faisait un moment que l’on attendait "Le procès de Cyric le fou" en France, mais vu le résultat, l’attente valait vraiment le coup (surtout qu’on a eut le droit à une traduction quasi-intégrale sur ce coup). D’une très grande originalité, ce roman DOIT, à mon avis, être lu, même s’il faut absolument passer par la trilogie des Avatars précédemment, chose plus difficile. Sans doute le meilleur roman de toute la collection parue en France pour le moment. Rien que pour lui, je ne regrette pas d’avoir du lire la trilogie des Avatars.

L'avis des internautes


9 avis sur ce roman
Donner son avis


Acheter le livre

Retour à la liste des romans

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril