Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

       

Eye of the Beholder I               Eye of the Beholder II              Eye of the Beholder III
1990                                       1991                                       1993

La trilogie Eye of the Beholder

        Le système de jeu de Eye of the Beholder diffère de celui de Baldur's Gate. Premièrement d'un point de vue graphique : oubliez le SVG, EOB1 a été développé pour pouvoir tourner sur des dinosaures (modes EGA, CGA et VGA...dieu merci). Deuxièmement le mode de représentation choisi est celui de la 3D de face, à la manière de Donjon Master, d'un Might & Magic, ou d'un Ravenloft (cf Photo). Par opposition, BG est de la 3D isométrique, c'est à dire que l'angle de vue est de dessus mais inclinée. L'intrigue du jeu est linéaire. Par contre, l'esprit est proche de D&D : successions de donjons à explorer, de monstres à abattre, de piège à déjouer et d'énigmes à résoudre. Les dialogues sont inexistants ou réduits au strict minimum.

        La création des personnages suit fidèlement les règles d'AD&D: race, classe (multiclassé possible), et toutes les restrictions qui s'en suit.. On débute avec une équipe de 4 personnages, qu'il est possible d'augmenter par la suite jusqu'à 6 avec les PNJ (personnages non joueurs). On peut noter par contre : l'absence de THAC0 (en tout cas non affichée), l'incapacité de changer de classe en cours de partie et l'absence d'interaction des alignements. D'autre part, pas question de partir à l'aventure comme ça, avec simplement sa fidèle épée et son baluchon. Si vous n'avez pas sur vous des rations de repas, c'est la mort assuré en quelque jours. En effet, dans EOB vos perso ont faim. Oups j'oubliais...pas de carte alors il fallait mieux prévoir une feuille de papier et un crayon pour faire un plan au fur et à mesure de ses déplacements. Car sinon on se retrouve vite perdu.

        Question magie on retrouve les sorts les plus importants : fireball, missile magique... mais pas d'invocations de monstres ou de squelettes (beaucoup trop difficile à gérer compte tenu de la visualisation en 3D de face). Par contre, on retrouve les sorts essentiels comme création de nourriture et d'eau, vision véritable (utile pour voir l'ensemble des passages secrets) et ....le sort de Rappel à la Vie ! L'intérêt de ce sort est la possibilité de le lancer sur un cadavre trouvé dans un labyrinthe et de pouvoir ensuite incorporé l'individu rappeler à la vie dans son équipe. Un autre point fort : aucune limite dans l'acquisition des points d'expérience et la progression des niveaux.

 

Les scénarios :

        Chaque volet de la trilogie amène le joueur, enfin surtout ses héros, vers de nouvelles aventures. Les deux premiers volets ont pour point de départ Eauprofonde, la cité des Splendeurs (Cf photo ci-contre), la plus influente ville du nord de Féérune. Le troisième et dernier volet se déroule à Myth Drannor, l'antique cité elfique.



Eye of the Beholder I

        Eye Of the Beholder 1 se passe a Eauprofonde (Waterdeep). Le conseil des Seigneurs a découvert que le mal se développe dans les égouts de la ville. Le seigneur Piergeiron reçoit les aventuriers dans son palais et les charge d'en découvrir la source. Dés le départ le destin est scellé : l'entrée des égouts s'écroule. Après maintes aventures, plusieurs monstres éliminés et autant de pièges déjoués, les héros découvrent l'instigateur... Xanathar  le Beholder. Et là.... déception après avoir été en haleine pendant plusieurs dizaines d'heures de jeu, c'est la catastrophe... la séquence finale se résume à une banale page de texte en anglais. Bon on est déçue mais ce jeu est bon alors on enchaîne sur le deuxième volet.

 

Eye of the Beholder II

        Eye Of the Beholder 2  a pour point de départ à nouveau la ville d'Eauprofonde. Premièrement, on récupère 4 héros sur les 6 de la partie précédente (leurs niveaux d'Xp et la plupart de leurs objets magiques). Ensuite, on commence la partie. Les héros sont reçus dans la tour du mage Khelben Bâton noir (cf photo ci-contre et gros plan ci-dessous). Ce dernier les envoie enquêter sur les agissements d'un certain Dran, qu'il soupçonne être un dragon rouge (soupçons vérifiés sur la photo ci-dessous), qui réside dans le château Darkmoon. Cette fois-ci, la séquence finale est une vidéo dans laquelle on voit Khelben détruire la foteresse.

   

Eye of the Beholder III

        Comme précédemment, on récupère les personnages pour commencer le 3e volet. La vie de héros n'est pas de tout repos. Dans Eye Of the Beholder 3, vous êtes sollicités par un messager énigmatique. Celui-ci vous propose de détruire un puissant Seigneur Liche, qui règne sur l'ancienne cité de Myth Drannor, et de récupérer un ancien artefact. En fait l'élimination du mort vivant n'est que le début de l'histoire... Pour Eye Of the Beholder 3, l'équipe de programmeurs a changé... L'interface graphique a été modifiée rendant son utilisation moins agréable. Ce dernier volet aurait du être le summum de la trilogie. Mais il en est rien. C'est en fait le moins intéressant. L'intro de départ est décevante, les pièges et les intrigues  sans intérêts. Le passage dans la "Forêt Labyrinthe" n'apporte rien au jeu, sinon d'augmenter sa durée de vie... qui est d'ailleurs des plus courtes. Pourtant nous avions droits à quelques idées intéressantes avec notamment une partie du jeu se déroulant sous l'eau.

Source : site du Prètre de Tyr

Retour à la liste des Jeux Vidéos

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril