Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

23 Tarsakh 1357 CV

Courir ! Courir ! Toujours plus vite, toujours plus loin... A bout de souffle, puisant dans les toutes dernières ressources de son corps, le nain cavalait à travers les fougères et les broussailles qui lui griffaient les bras et lui lacéraient le visage. Anesthésié par l´adrénaline, il n´en avait cure, il devait avancer, rejoindre les autres à tout prix, avant qu´elle ne le rattrape. Il aperçut enfin la lisière de la forêt, il devait l´atteindre, sortir à tout prix de cet enfer végétal. Il se laissa guider par la lumière sélénienne qui marquait la frontière de son tourment. Il ne regardait plus en arrière depuis plusieurs heures déjà, seul comptait l´orée de la forêt. Il la franchit enfin pour atteindre la plaine, l´air frais de la nuit sur ses joues le soulagea un peu. Il courut encore quelques dizaines de mètres...Puis s´effondra dans les hautes herbes. Dwalgnar sombra dans un sommeil comateux, son corps vidé de toutes forces.

22 Tarsakh 1357 CV

La lame de son adversaire siffla à deux pouces de son oreille, il leva juste à temps son épée courte pour parer un violent revers de son assaillant. Les lames vibrèrent. Le poignet engourdi par l´impact, Vilario effectua une roulade pour mettre de la distance entre lui et son agresseur. Pour s´en sortir il devra mettre en pratique toutes les leçons accumulées ces derniers jours. Il passa à l´attaque, feinta à gauche pour mieux porter un estoc à la cuisse droite de son adversaire...qui l´esquiva sans peine. Il devait absolument conserver l´avantage.
Attaque, feinte, revers, estoc.
Son adversaire était trop vif.
Attaque, revers, feinte, parade.
Il s´essoufflait beaucoup trop.
Estoc, parade, attaque, parade.
Il se laissait dépasser bien trop facilement.
Parade, parade, feinte, parade......Son poignet gauche lâcha prise, sa lame vola dans l´herbe et les feuilles mortes. En tentant de maintenir sa prise sur la poignée de son arme Vilario s´était laissé déséquilibrer bêtement, il écopa d´un coup de botte dans la poitrine, tomba sur les fesses, leva son épée longue qui vola à son tour suite au revers de la lame adverse...


Ecrit par Elladan
D'après une idée de : Morcar

22 Tarsakh 1357 CV - 15 Heures

Le jeune homme se releva péniblement, alla récupérer son épée longue et son épée courte et se préparait déjà à recevoir toutes sortes de réprimandes.

- Alors ? Qu´est-ce qui n´allait pas selon toi ? Le ton de Shydane en disait long sur son mécontentement, comme à son habitude.
- Mais c´est toujours la même chose ! J´attaque avec mon épée longue à droite, je pare avec mon épée courte à gauche, il ne faut pas s´étonner que je n´ai plus de force dans les poignets au bout de cinq minutes...
- Et qui t´as demander de garder ce schéma tactique ?
- Mais...je suis droitier Shydane ! Je ne vais pas attaquer avec la main gauche ? Je n´aurais jamais la force de manier une lame deux fois plus lourde avec autant de célérité...
- C´est à toi de forger ton propre style Vilario, je ne suis pas un spécialiste du combat à deux armes. Nous en reparlerons demain matin, il se fait tard.
- Tant mieux, je n´en peux plus, dit Vilario en se dirigeant vers le chemin du retour.
- Non non, il se fait tard pour combattre, cela ne change rien au programme, allez !


Le jeune homme pesta intérieurement face au ton sec de son mentor, laissa retomber ses deux armes sur la terre meuble et sauta s'agripper à une branche basse. Il suivait cet entraînement qu´il jugeait de plus en plus stupide depuis plusieurs jours. Tractions, pompes, course... renforcement musculaire nécessaire selon Shydane. Comment lui donner tort après un tel échec...?

*
* *

Les deux jeunes gens rentrèrent assez tard à la taverne du "Joyeux Pixie" où le groupe logeait depuis déjà quatre nuits. La nuit ne faisait pourtant que commencer pour l´établissement. Ils commandèrent deux repas chauds et s´installèrent dans un coin de la salle. Non pas que l´auberge était mal famée, mais ils avaient surtout besoin de calme. Le groupe s´était divisé en deux: Dwalgnar et Ladril étaient partis enquêter à la recherche d´informations dans la région au sujet de Canderous le Zhent dont-ils avaient trouvé le nom dans le journal du père de Vilario. Ils ne s´étaient pas encombré du reste du groupe car selon Ladril cela demanderait un minimum de furtivité. Bien que Shydane leur aurait été d´une aide précieuse, il était resté auprès de Vilario, pour son entraînement et pour veiller sur lui également. Avec deux combattants de la trempe de Glorthic et Shydane à ses côtés, Vilario se demandait bien ce qui aurait pu lui arriver.
Au bout d´une vingtaine de minutes, un homme à la carrure de forgeron entra de façon fracassante dans l´établissement. Il se dirigea vers un homme en cape noire accoudé au comptoir et l´interpella.

- Holà voyageur ! Tu es à la place de Rhonan !
- Dites-lui que je m´en excuse, dit l´inconnu en se retournant, sans pour autant céder sa place, un léger sourire naissant à la commissure de ses lèvres.


Il était jeune, il devait avoir une vingtaine d´années. Vilario l´observa. Il avait des cheveux noirs, et des yeux... hypnotisant, à l´iris incroyablement turquoise. L´oeil expert de Shydane avait quant à lui déjà repéré de nombreuses autres informations au sujet de l´individu. Le Rhonan en question ne sembla pas apprécier l´ironie de son interlocuteur, il posa une énorme main calleuse sur son épaule. Vilario voulu se lever, prêt à venir en aide au voyageur qui devait bien faire une tête de moins, mais Shydane l´agrippa et le fit se rassoire.

- Il n´a pas besoin d´aide, murmura-t-il sans quitter les deux hommes des yeux, regarde le bien et tiens toi tranquille.

L'altercation continuait :

- On ne s´est pas bien compris je crois mon gars, continua le "forgeron".
- Je le craints en effet, mais soyez persuadé que si je croise ce Rhonan je lui toucherai deux mots quant à sa façon de s´approprier le bien de tout le monde, rétorqua l´homme aux yeux turquoises, ne cachant désormais plus le sourire qui lui fendait le visage.


Le dénommé Rhonan tenta d´effacer les sarcasmes de l´inconnu... à l´aide de son poing, qu´il envoya voler dans la face de l´insolent. Malheureusement pour lui son poing ne fit rien de plus qu´un léger courant d´air dans les cheveux de sa cible, qui, l´ayant gracieusement évité, lui envoya son coude dans le plexus. La respiration coupée, l´homme se plia en deux et vola suite à la projection de son adversaire qui passa aisément sous le centre de gravité de l´armoire à glace. Il atterrit lourdement sur le parquet et lorsqu´il trouva la force de se relever, l´inconnu était déjà parti, laissant quelques pièces de cuivres sur le comptoir afin de payer sa consommation. Et les discussions reprirent comme si rien ne s´était passé.

- Pourquoi m´as-tu empêché de me lever ? Il aurait très bien pu se faire écraser !
- Plutôt que de te laisser parasiter par des informations inutiles, la prochaine fois que tu observes quelqu´un, regarde sa posture, la façon dont il se déplace, regarde ses pieds, ce qu'il fait de ses mains, observe sa respiration et le timbre de sa voix également afin de percevoir s'il a confiance en lui, comme ici, et tu sauras à qui tu as affaire. Je peux t´assurer que celui-là était loin d´être le premier pèlerin venu. Allons nous coucher, Glorthic l´est certainement depuis quelques heures. Et tu es loin d´en avoir fini.


23 Tarsakh 1357 CV - 6 Heures

Le chant du coq tonna aux oreilles de Vilario qui jura contre l´animal.

- Comment se fait-il que personne n´ait encore égorgé ce sale poulet ! marmonna-t-il sous son oreiller.
- Peut-être est-il plus malin que nous et s'en sort-il mieux de ce côté là, répondit Shydane haut et fort.


Vilario s´assit sur son lit, son mentor avait déjà enfilé sa fine armure de cuir sur sa tunique brune et finissait de boucler son ceinturon.

- Allez debout, je t´attends en bas dans cinq minutes.

Le jeune homme attendit de ne plus entendre le bruit des bottes dans le couloir avant de se lever, après un énorme effort de volonté. Il attendit qu´un léger vertige passe, s´équipa, sachant déjà qu´il aurait besoin de ses armes dans l´heure qui suivrait, puis alla rejoindre le rôdeur pour son petit déjeuner frugal habituel.

Les deux compagnons se rendirent dans leur lieu d´entraînement, un petit bois à quelques lieux du village de chasseurs et de bûcherons où ils résidaient, laissant Glorthic vaquer à ses occupations. La plupart du temps il passait ses journées avec l´armurier du village, ou de temps en temps lorsqu´il voulait prendre l´air, partait au petit matin avec un groupe de bûcherons. Ce bois avait quelque chose d´apaisant, il ne devait pas faire plus de quelques dizaines d´hectares, les habitants du village ayant eu la sagesse de le laisser intact, trouvant leurs précieux stères ailleurs. On y trouvait bouleaux, noisetiers et châtaigniers en quantité, ainsi que quelques frênes et chênes par endroits. Son sol meuble était recouvert de feuilles, de mousses, et de fougères. Les deux hommes étaient loin d´être seuls, écureuils et passereaux menaient leur vie, sous l´oeil perçant d'éperviers, quelques crécerelles et autres faucons hobereaux. On y trouvait même les traces d´une famille de cervidés. En bref, ce n´était vraiment pas aux yeux de Vilario un endroit où se battre. Après un rapide échauffement, Shydane prit la parole.

- Bien, aujourd´hui nous allons travailler ton agilité. Tu n´as pas un gabarit très imposant alors c´est ta dextérité qui fera la différence lors d´un combat.

Shydane, à la grande surprise de son "élève", ramassa une branche morte et la jeta au visage de Vilario. Celui-ci l´évita, de peu, mais l´évita, et jeta un regard interrogateur au rôdeur.

- Bien. Si je te touche, tant pis pour toi.

Et il s´élança sur Vilario et lui lançant tout ce qu´il trouvait par terre.

20 Tarsakh 1357 CV - 22 Heures

Ladril avançait à pas de loup dans l’obscurité de la nuit, suivie de près par Dwalgnar. Le nain avait la désagréable sensation d’être observé, il ressentait les palpitations de son cœur dans ses tempes et jusqu’au bout de ses doigts. Lui et Ladril avançaient silencieusement dans la forêt depuis presque deux heures, ne prononçant le moindre mot. La fine pluie qui s’abattait sur les arbres s’accumulait au creux des feuilles et leur retombait dessus sous forme d’énormes gouttes d’eau tout aussi désagréables.
La voleuse s’arrêta net et dégaina silencieusement une dague fixée entre ses omoplates, Dwalgnar ne douta pas qu’elle devait en posséder plus d’une escamotée sur tout son corps. Le frottement de la fine lame contre son fourreau rappela au roublard le sifflement d’un serpent. Ladril murmura, plus pour elle que pour son compagnon, trois mots qui hérissèrent les poils du nain.

- Elle est là.

23 Tarsakh 1357 CV - 7 Heures

Cela dura une bonne demi-heure, et il s´en tira très bien. Esquivant tous, ou presque, les projectiles.

- Bien, inutile de continuer, lança Shydane. Alors ? Qu´est ce que cet exercice t´a apporté ?

Le silence et le regard intrigué de Vilario, légèrement essoufflé, furent la seule réponse qu’il obtint.

- Vilario ! désespéra le rôdeur. Un combattant doit savoir tirer des leçons de chaque situation. Tu viens d´esquiver sans discontinuité et avec facilité des projectiles pendant plus d´une demi-heure, alors tu vas maintenant me faire le plaisir d´esquiver mes attaques plutôt que de les bloquer bêtement, cela nous permettra peut-être de combattre plus de cinq minutes... Ton agilité Vilario, n´oublie pas...

Les deux compagnons reprirent leur souffle quelques instants, quand des applaudissements vinrent troubler l´apaisant calme forestier.

- Leçon très intéressante maître forestier, très intéressante !

A quelques mètres d´eux sur une branche, adossé contre le tronc d´un jeune chêne, se trouvait l´étranger de la taverne qu´ils avaient aperçu la veille. Celui-ci sauta de son perchoir et se réceptionna tout aussi souplement. Vilario sentait la tension de son mentor, derrière son air faussement décontracté.

- Ravi que cela vous ait plu, voyageur... ?
- Mon nom n´a guère d´importance, mon bon seigneur, mais si vous me le permettez, j´aimerais apporter un peu de mes humbles connaissances à ce jeune homme.
- Je vous en prie, lui répondit le "bon seigneur" en lui jetant un regard qui disait tout le contraire.


Décidément, l´ironie et la légèreté de l´inconnu jurait avec le perpétuel sérieux et la méfiance coutumière de Shydane. Le nouveau venu inclina poliment la tête.

- Bien. La solution que vous apportez à votre élève est certes pleine de vérité et de bon sens, mais je craints qu´elle n´envisage point toutes les possibilités qui s´offre à lui. Jeune homme,…

L´apostrophe troubla Vilario, qui devait en vérité n´avoir que quelques années de moins que son interlocuteur.

- Si j´ai bien cerné ton problème, tu as du mal à endurer un grand nombre de parades !?
- Il ne s´agit pas que de ça, désespéra Vilario, de manière générale je n´ai pas assez de force dans les poignets pour tenir un long duel.
- Je vois. Prend donc tes armes en main.


Vilario s´exécuta. L´inconnu observa promptement les deux lames et leva un sourcil.

- Tu te plaints de trop vite faiblir, mais dans ce cas pourquoi se borner à manier une si lourde lame, dit-il en désignant du regard l´épée longue du jeune homme. Moi-même je ne suis pas sûr de mieux m´en tirer que toi avec une lame de deux kilos. Pourquoi ne prends-tu pas une seconde épée courte ?
- Mais, cela me donnerait une allonge ridicule par rapport à mes adversaires ! Et je ne suis pas ambidextre, je risque de m´emmêler les pinceaux avec deux lames identiques.
- C´est un fait, dans ce cas prend une dague en seconde main. Je peux t´assurer que l´allonge n'est pas un problème, c'est une chose à apprécier avec beaucoup de précautions, c´est une arme à double tranchant. Si jamais ton adversaire parvient à rentrer dans ta garde tu peux d´hors et déjà réserver ta place dans la crypte familiale. Et la leçon qu´on vient de t´enseigner est extrêmement importante, pour un gabarit tel que le notre qu´importe la force, la clé, c´est l´agilité. N´ai pas peur de venir te frotter d´un peu plus près à ton adversaire, tourne lui autour, rentre dans sa garde en déviant d´une lame et en frappant de l´autre, tu verras que c´est un style extrêmement efficace lorsqu´il est bien maîtrisé, peut-être l'un des plus redoutables, et je sais de quoi je parle crois-moi. Faisons un essai veux-tu ?


Il dégaina une dague de son ceinturon et la lança avec adresse aux pieds du jeune homme. Avant même qu´elle se fiche dans le sol Shydane avait posé la main sur la garde de son épée, puis se ravisa. Le geste n´échappa cependant pas à l´étranger.

20 Tarsakh 1357 CV - 22 Heures

Dwalgnar serra son arbalète à s’en faire blanchir les phalanges, il chercha à canaliser et maîtriser sa peur. Ladril ne bougeait plus, ne semblait même plus respirer. Il se décala centimètre par centimètre afin de voir ce qui les poursuivait depuis qu’ils avaient pénétré dans cette foutue forêt. Au moment d’entrevoir sous le bras de Ladril ce à quoi il faisait face, il entendit psalmodier une voix rauque et gutturale, un flash de lumière aveuglant l’obligea à fermer les paupières tout en se protégeant instinctivement les yeux de l’avant bras...Il ne les rouvrit que bien plus tard...

Dwalgnar reprit connaissance, doucement réveillé par une série de ronronnements et de feulements. Il sentait les liens qui lui maintenaient les poignets et mordaient ses chaires. Qui diable l’avait ligoté aussi fortement ? Il ouvrit discrètement les yeux. Il se trouvait dans une sorte de grotte, contre un “mur” recouvert de mousse et de lichen, l’air était humide et lourd, une odeur forte de fauve lui agressait les narines. Dans l’obscurité ambiante, la vision innée de sa race permit au nain de distinguer une forme sombre de l’autre côté de la caverne près d’une fissure ouverte vers l’extérieur - l’entrée probablement. C’est de cette chose que provenaient les bruits bestiaux. Ses yeux le brûlaient, il avait du mal à cerner la nature de l’animal. Il s’agissait visiblement d’une sorte de primate, ou d’humanoïde. La silhouette lança quelque chose par dessus son épaule, qui se fracassa sur une pierre dans un bruit de verre brisé.

“Cette chose est en train de fouiller nos besaces.”

Le nain ne constata qu’a ce moment que seules ses mains étaient, grossièrement, ligotées. Leur agresseur n’avait visiblement pas jugé nécessaire d’immobiliser sa victime. A cette pensée, peu rassurante selon Dwalgnar, son esprit convergea vers sa compagne. Il chercha Ladril du regard mais en vain. Une goutte de sueur, due sans doute à la chaleur pesante, perla de son front et roula le long de son nez aquilin dans une sensation désagréable, après une brève pause entre ses narines, elle tomba sur le sol dans un imperceptible *ploc*. L’ombre sursauta, flaira bruyamment l’air, et se redressa vivement avant de se retourner vers Dwalgnar, dont le cœur battait déjà la chamade...

Episode 10 - Aberration
- 1 - 2 - 3 - 4 - Forum -

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril