Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

4 Ches 1357 CV – 8 heures

Le soleil se levait à l’est, éblouissant le groupe de Ménestrels qui faisait route en direction du village d’Elgastor où leurs recherches les avaient menés. Voilà plusieurs jours qu’ils étaient à la recherche de l’adolescent, qui intéressait le Zhentarim, et son compagnon. A la tête du groupe, Elania Imruil, une archère ayant un peu moins d’une trentaine d’années, avait pris avec elle trois de ses plus fidèles compagnons au sein de l’organisation : le guerrier Rogis Estarku, le barde Elfrano Fronpla et le moine Durgon Betpiar.
Elania avait fait son entrée chez les Ménestrels quelques années auparavant. Aventurière sans attache, elle avait déjà parcouru Féérune de long en large lorsque les Ménestrels la contactèrent pour entrer dans la célèbre organisation. C’est sans hésiter qu’elle avait accepté de porter la broche dorée représentant une harpe dans un croissant de lune. Rapidement, elle s’était faite remarquer par sa capacité à régler assez rapidement les problèmes qu’on lui confiait.
C’était donc en toute logique qu’on lui avait aujourd’hui confié cette mission semble-t-il de la plus haute importance. Quelques jours auparavant, elle ne connaissait rien de cette histoire qui entourait celui qu’on lui avait demandé de retrouver. Jamais encore elle n’avait entendu ce nom : Cramgon. Mais visiblement, il semblait être au cœur d’une histoire plus importante qu’on ne croirait. Les Zhents étaient à la recherche d’un enfant, et Khelben Bâtonnoir lui-même s’était penché sur cette histoire.
Le groupe avait perdu un temps précieux à Eauprofonde, pour retrouver la trace des deux aventuriers, et avaient fini par découvrir leur départ pour le village près duquel l’enfant avait toujours vécu. Ils avaient immédiatement pris la route dans la même direction en espérant les retrouver avant le Zhentarim et les convaincre de les accompagner jusque dans les locaux des Ménestrels où on leur expliquerait ce qu’on leur voulait.

Le groupe avait marché une journée entière sans jamais s’arrêter, lorsqu’il aperçut le village d’Elgastor à l’horizon. En un peu moins d’une heure, ils passèrent les portes de celui-ci et immédiatement se dirigèrent vers la demeure du bourgmestre où ils pourraient éventuellement se renseigner sur le passage des deux compagnons entre leurs murs.
Le bâtiment officiel du hameau ne fut pas difficile à trouver et lorsque Elania demanda à s’entretenir avec le Maire, sa requête fut immédiatement acceptée.

- Pour quelle raison m’avez-vous demandé ? interrogea le dirigeant du village intrigué.
- Nous recherchons un ami qui selon nos sources serait passé chez vous, où y résiderait encore.
- Je ne suis pas au courant de tous les passages dans mon village, mentit le Maire.
- C’est possible, dit Elania, mais cet ami est un habitant de la région, et j’espère que son nom ne vous est pas inconnu.
- Dites-toujours…
- Il se nomme Vilario Cramgon, lâcha la Ménestrel.


A ce moment là, le visage du bourgmestre se durcit et d’un geste de la main, il ordonna aux gardes qui se trouvaient dans la pièce d’encercler le groupe d’aventuriers.
Elania regarda ces soldats, médusée, puis son regard alla vers ses compagnons qui visiblement ne comprenaient pas mieux la situation qu’elle. Ce village tentait-il de protéger l’adolescent ? Les prenaient-on pour des bandits ou des Zhents ? Autant poser la question immédiatement.

- Il y a un problème ? demanda la Ménestrel.

La réponse qu’elle reçut en retour l’abasourdit :

- Si vous dites être l’amie de cet assassin, effectivement il y en a un...


Ecrit par Morcar
D'après une idée de : Morcar

29 Alturiak 1357 CV – 9 heures

Donasto était de garde aux portes du village d’Elgastor comme chaque matin depuis des années, lorsqu’il vit un groupe composé de deux personnes s’approcher de lui. Il reconnut immédiatement l’adolescent qui semblait plutôt fatigué, et qu’il avait déjà vu venir plusieurs fois avec le fermier qui vivait plus loin dans la campagne, mais le visage du personnage qui l’accompagnait ne lui dit rien.

- Bonjour Vilario, avait salué Donasto. Comment vas-tu ?
- Bonjour Donasto. Ca va, mentit l’adolescent.
- Ton oncle est resté chez lui ?
- Oui, oncle Arthus m’a demandé de venir voir un ami à lui, mais il a préféré rester s’occuper de la ferme.
- Bien. Je te souhaite une bonne journée chez nous alors...


A ce moment là, la nouvelle de l’incendie de la ferme d’Arthus n’était sans doute pas encore arrivée jusqu’au village, personne n’étant passé dans les environs depuis le désastre. Aussi, Donasto ne se douta de rien et laissa les deux compagnons avancer vers le centre du village.
Elgastor n’était qu’un petit regroupement d’habitations entre lesquelles serpentait un sentier de terre et de cailloux. Au milieu de la collectivité s’était installée une taverne où se rendaient les habitants le soir, afin de se soulager de leurs durs labeurs de la journée. Un temple dédié à Waukyne, la déesse des marchands, et un second à Chauntéa, déesse de la nature, avaient été érigés parmi les maisons également, et les habitants allaient régulièrement demander aux déesses de protéger leurs ventes et leurs cultures.
Les habitants du village ne firent pas attention aux deux voyageurs visiblement fatigués de leur nuit de marche qui se dirigèrent vers la demeure du vieux Silk, celui avec qui Arthus s’éclipsait régulièrement lors de ses passages au village.
Un garde du village fut cependant intrigué lorsqu’il vit Shydane frapper à la porte de la masure puis la pousser sans que personne n’ait répondu. Il alla alors chercher d’autres gardes et revint vers la demeure où il entra pour découvrir les deux aventuriers, debout près du cadavre du propriétaire des lieux, allongé sur le sol, le crâne couvert de sang…

4 Ches 1357 CV – 8 heures 30

- Et vous avez alors cru qu’ils étaient coupables ? demanda Elania au bourgmestre qui venait de lui raconter comment s’était déroulée l’arrivée de Vilario et Shydane au village.
- Qu’auriez-vous cru à ma place ?
- Je lui aurai laissé le bénéfice du doute pour commencer.
- C’est ce que j’ai fait ! Et je le regrette aujourd’hui, car ces deux hommes se sont enfuis !
- Comment ça ?
- Ils m’ont dit qu’ils étaient venus pour voir Silk, qui pourrait les renseigner à propos de l’oncle de Vilario dont la ferme a été brûlée il y a quelques jours. Mais d’après eux, quand ils sont entrés dans sa maison, le vieil homme était déjà mort. Ils m’ont alors demandé de leur laisser le temps de trouver le véritable coupable afin de prouver leur innocence.
- Et qu’avez-vous fait ?
- Et bien je leur ai fait confiance. Je leur ai juste imposé le fait d’accepter d’être surveillés par Balto, le chef de mes gardes.
- Et que s’est-il passé alors ?
- Balto va vous le raconter lui-même si vous le voulez.


Un homme bâti comme une commode en bois du Théthyr s’avança alors vers les Ménestrels. A son regard, il semblait avoir conservé une certaine rancune contre les deux aventuriers qu’Elania et les siens recherchaient.

29 Alturiak 1357 CV – 10 heures

A peine Vilario, Shydane et Balto furent-ils sortis de la demeure du Maire d’Elgator qu’ils furent pris à parti par un homme fort bien bâti, entouré d’un groupe de villageois qui attendaient là, et qui les accusa ouvertement de manière virulente.

- Alors c’est vous qui avez tué Silk ? demanda-t-il amèrement.
- Nous n’avons tué personne, dit Vilario tandis que Shydane restait en retrait.
- Ce n’est pas ce que disent les rumeurs.
- Les rumeurs sont les rumeurs, ne croyez pas...


L’adolescent n’eut pas le temps de terminer sa phrase, l’homme avait brandi une lourde épée à deux mains et se rua sur lui. En une fraction de seconde Vilario saisit son épée courte et analysa la situation. Son antagoniste disposait de trois fois plus d’allonge et d’une force de frappe de très loin supérieures à la sienne. Aucune parade n’était envisageable. Cependant, il n’existait pas trente-six façons de manier une arme aussi lourde. Il en serait réduit à de dévastateurs coups de tranche ou de taille, mais aucune manœuvre ou feinte ne lui serait permise. C’était là-dessus que le jeune garçon devait compter. Sa vitesse, son agilité et la maniabilité de son arme.
Derrière, Balto voulu s’interposer afin d’éviter ce combat inutile, mais le rôdeur le retint et lui demanda de faire confiance à son jeune compagnon. La personne qui inquiétait le soldat n’était pas Vilario, mais cette grosse brute qui cherchait sans cesse une raison d’attaquer un habitant afin de se défouler. Et généralement, ces combats tournaient mal. Balto avait déjà du avoir recours à plusieurs reprises à la force pour séparer ce lourdaud et son adversaire à qui il aurait arraché la tête si on ne l’avait pas empêché. Et pourtant, ces adversaires étaient bien plus costauds que Vilario, alors ce minuscule et frêle adolescent...

En hurlant comme un démon, la brute avait chargé pour porter un coup puissant de haut en bas. D’un simple et leste pas sur le côté, l’adolescent esquiva l’épée qui se planta presque dans le sol. Un soupir de soulagement parcourut la foule qui s’était amassée sur les lieux et crut que Vilario serait tranché net par un tel coup.

- Tu as eu de la chance mais ça ne se reproduira pas, dit l’agresseur.

Sur le côté, Shydane restait immobile, dans la foule, observant le spectacle qu’il considérait comme un entraînement pour son compagnon. Près de lui, Balto se tenait prêt à intervenir si jamais ce duel tournait mal, une fois de plus. Devant l’absence de réaction de Vilario, la brute chargea de nouveau pour porter un autre de ses coups destructeurs. Cette fois, l’adolescent évita le coup en faisant un roulé-boulé sur le sol, qui le plaça en dehors de portée d’un éventuel second coup. Le manège se poursuivit pendant de longues minutes durant lesquelles son adversaire perdit sa superbe et Vilario remontait dans les sondages. A chaque nouvelle attaque, un murmure admiratif parcourait le cercle de gens qui formait leur arène de combat.

- Tu bouges comme un sale petit rat. Mais tu finiras bien par te fatiguer. Attaques-moi un peu voir.
- Comme tu voudras.


En deux pas plus rapides que les autres, Vilario se plaça derrière l’homme à la carrure d’ours, et l’assomma proprement d’un coup du pommeau de son épée derrière le crâne. Le géant s’effondra mollement, manquant s’empaler sur sa propre arme. Plus aucun bruit ne se fit entendre pendant quelques secondes. Les gens se regardaient, médusés. Comment un si jeune garçon avait-il pu vaincre un homme si fort ? Et avec une telle facilité !
Les gens le regardaient comme si ce fut un envoyé de Baine. Certains reconnurent l’enfant et déjà des murmures parcouraient la foule. Certains se réjouissait de voire cette brute avoir enfin la correction qu’elle méritait, tandis que d’autres se demandaient si Vilario n’apportait pas le malheur sur le village ?
L’adolescent s’approcha de Shydane et lui demanda :

- Pourquoi ne m’es-tu pas venu en aide ?
- En avais-tu besoin ?
- Pas vraiment, étant donné que cet homme est loin d’avoir ton entraînement, mais tout de même, tu aurais pu…
- Je te savais capable de le battre sans difficulté, et il était préférable que tu le battes seul, afin que tu sois respecté. A présent, on ne devrait plus nous ennuyer je pense.
- Je dois avouer que vous m’avez épaté, dit le soldat Balto. Vous êtes la première personne que je vois ici tenir ainsi tête à ce lourdaud.
- Sans doute parce que le village n’est pas constitué d’hommes formés à se battre, dit l’adolescent en souriant.


Parce que lui y était entraîné peut-être ?! se dit Balto en pensant que Vilario était sans doute prétentieux et ne se rendait pas compte qu’il avait eut la un coup de chance. Mais l’adolescent savait que s’il était encore loin de pouvoir tenir tête à un combattant aguerri, il avait bénéficié d’assez d’entraînement pour ne rien risquer face à un homme tel que cette brute épaisse qui ne pouvait terroriser que ses paisibles voisins.
Pour le moment, les deux compagnons avaient besoin de prouver leur innocence et se rendirent donc à la demeure de Silk où on avait nettoyé les lieux. Tout du moins, le corps avait été déplacé au temple, mais on n’avait pas pris la peine d’essuyer le sang qui avait tâché le sol. Les deux compagnons fouillèrent les moindres recoins de la demeure sous le regard intrigué du garde.

Episode 2 - Enquête
- 1 - 2 - 3 - 4 - Forum -

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril