Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

13 Ches 1357 CV – 12 heures, en vue de Bérégost

Le groupe constitué de Shydane, Vilario, Glorthic et Dwalgnar, arrivait en vue de Bérégost. Déjà, les premières maisons se dessinaient à l’horizon.

- Aaaah ! Enfin ! Nous allons pouvoir avoir une vraie nuit de sommeil ! s’exclama Dwalgnar
- En tout cas je ne prends pas de chambre voisine à la tienne ! ‘Marre d’entendre le lit couiner toute la soirée ! grogna Glorthic.


Tout le groupe se mit à rire... Sauf Shydane.

- Allons l’homme des bois ! Détend-toi ! Nous sommes arrivés à bon port !

Shydane ne répondit rien et le groupe continua d’avancer. La route qui menait à Bérégost était bordée d’arbres feuillus et de deux fossés. En vue de Bérégost, le groupe reprenait de l’aplomb et se détendait. Shydane, lui, paraissait au contraire plus tendu que d’habitude, il gardait ses mains près de ses armes et scrutait chaque coin du paysage.
Soudain, une voix mielleuse et hypocrite retentit :

- Shydane ! Mon bon Shydane ! Tu as senti ma présence pour avoir une tête aussi joviale ?

La voix venait d’un arbre, un homme était assis sur une branche, le dos accolé à l’arbre et une jambe pendante dans le vide, l’arbre était à peine a deux mètres du groupe. Shydane ne répondit rien et fixa l’homme sur l’arbre.

- Je te déconseille d’aller à Bérégost.
- Pourquoi donc ?
- Pour la simple et bonne raison que tu ne voudrais pas qu’ils entendent ta petite histoire, non ?
- Arrête ton chantage et tais-toi ! Je ne veux plus avoir affaire à vous ! rugit Shydane en lançant trois dagues sur la silhouette.


L’homme réapparut derrière Shydane, la bouche à quelque centimètre du cou de celui-ci, et lui murmura :

- Tes amis ne sont certainement pas au courant de ton passé, sinon il t’aurait déjà tué ou plutôt : tu les aurais déjà tués.


Ecrit par Zaknafein
D'après une idée de : Morcar

13 Ches 1357 CV – 12 heures

Maintenant que l’homme était à la lueur du jour, on pouvait voir qu’il était d’une pâleur surnaturelle. Il était frêle mais on devinait une grande puissance. Ses yeux rouges rappelaient ceux d’un démon, il avait la chevelure noire qui tombait à mi-épaules, celle-ci était bien coiffée.

- Retourne en enfer, démon ! cria Glorthic en empoignant son symbole de Moradin et en le pointant vers l’individu concerné.
- Arrête avec tes babioles, nain !


Et d’un geste de la main, l’étrange personnage enflamma le symbole du dieu nain. Glorthic, incrédule, jeta un regard, qui aurait été comique en temps normal, vers le symbole. Dwalgnar décocha une salve avec son arbalète à répétitions vers le démon. Juste avant que le premier carreau n’atteigne sa cible, celle-ci disparut... et réapparut derrière Vilario.

- De plus en plus intéressant, je n’aurais jamais cru voir le fils du vieux croûton ici !

Vilario, énervé par le pseudonyme donné à son père adoptif fit une rotation de 180° avec sa lame à l’horizontale. L’étrange personnage esquiva sans peine en faisant une roulade en arrière. L’homme se mit à léviter en l’air, ses vêtements taillés exprès trop large pour lui claquant au vent.

- Très biens, messieurs, dit-il en hochant le tête vers Vilario, Shydane et Dwalgnar, et madame, dit-il en faisant une courbette en direction de Glorthic, je vous laisse.
- N’oublie pas Shydane, n’entre pas à Bérégost. Et maintenant, ma dette est remboursée, la prochaine fois que nous nous rencontrerons, je te tuerais. Attend trois jours précisément, et n’approche pas de Bérégost, si tu tiens à la vie. Car je suis sûr que le trône de fer s’intéresserait à quelque un comme toi, rajouta l’intrus d’une voix joviale.


Un boulet de canon connu sous le nom de Glorthic fendit l’air en direction du jeune homme en train de léviter, celui-ci disparut juste avant qu’un coup de hache ne lui soit porté.

- Le chien ! Le fils de porcs ! Il m’a traité de femme ! Raaaah ! Si je le revois je le taille en pièce et je le donne à bouffer aux trolls !

Peu après s’être calmé, Glorthic se pencha sur son amulette calcinée.

- Humm, elle a été brûlée par du feu d’origine maléfique. Apparemment il y a un pépin à Bérégost, si ce truand ne veut pas qu’on y entre... Les habitants courent peut-être un grave danger ! Nous devons voir ce qui se passe !
- C’est vrai, admit Dwalgnar, nous devons entrer dans le village. De toute façon, j’ai promis à mon corps une bonne nuit de sommeil !
- Non, Kesrik’ck à certainement les moyens de tuer les habitants si nous mettons les pieds dans le village, dit Shydane.
- Alors nous attendons sagement ici, le temps qu’il se passe je ne sais quoi dans le village ?! s’exclama Glorthic.


Vilario ne dit rien, par respect pour Shydane mais il semblait aussi vouloir entrer dans le village.

- Laissez-moi deux minutes, et je vous dirai ce que l’on fait, proposa Shydane.

Glorthic voulut dire quelque chose mais ravala sa réplique. Shydane s’approcha des arbres où était apparu Kesrik’ck pour la première fois. Vilario s’appuya debout contre un arbre. Dwalgnar, lui, se cala dans l’herbe en allumant sa pipe, visiblement pour se préparer à une longue attente et ajouta en rigolant :

- L’homme des bois va renifler la moindre touffe d’herbe à la recherche d’un indice.

Shydane examinait l’arbre où était assis Kesrik’ck quelques minutes plutôt. A coté, il y avait d’infimes traces de pas dans la boue. Certainement l’itinéraire qu’avait utiliser Kesrik’ck pour venir à l’arbre. Shydane les remonta et remarqua que près d’un buisson, elle était plus profonde : il avait stagné à cet endroit.
Shydane fouilla le buisson et ne vit rien à part quelques pierres. L’une d’elle était d’un blanc pur, mais elle n’abritait aucune magie.

- Une pierre de rappel utilisée. Je m’étonnais que tu puisses te téléporter trois fois à la suite, Kesrik’ck.

Shydane fit le tour du buisson et remarqua d’autres traces de pas allant vers le sud-est. Celles-ci avaient été dissimulées, mais apparemment, Kesrik’ck n’avait pas voulu traîner dans les environs, et la tâche avait été mal exécutée.

- Même à travers le feuillage de la forêt, tu ne supportes pas la lumière au point de brouiller ta piste aussi piètrement.

Dwalgnar, qui s’attendait à voir surgir Shydane de la forêt et avouer qu’ils devaient entrer à Bérégost, se réjouissait d’avance de la bonne nuit de sommeil qui l’attendait. Shydane sortit bien de la forêt comme prévu mais il s’exclama avec un sourire aux lèvres :

- J’ai une piste, nous devons la suivre sans attendre avant qu’elle ne s’efface !
- Adieu, nuit de sommeil ! Dit Dwalgnar sur un ton digne d’un dramaturge.
- Allons-y ! Ce fils de porc va regretter de m’avoir appeler « femmelette » !


Les trois gaillards s’enfoncèrent dans la forêt. Vilario, toujours pensifs sur le fait que le vampire ait connu son père adoptif, resta quelques secondes devant la lisière de la forêt. Il jeta un regard vers Bérégost... Et vit une dizaine de silhouettes, apparemment des assassins vu leur manière de se déplacer et leur non aisance au grand jour, se réunire juste devant la première maison du village.
Sydane réapparut devant Vilario.

- Que fait-tu ? Nous n’avons pas le temps de traîner.
- Attend, regarde là-bas !


Les assassins étaient maintenant rentrés dans la maison. Un calme inhabituel régnait d’ailleurs aux environs de la maison.

- Qu’y a t-il ?
- Une dizaine d’hommes est rentrée dans cette maison, je pense que se sont des assassins.


A peine la phrase de Vilario était-elle finie qu’une porte dérobée, à l’arrière de la maison, claqua. Une femme portant un nourisson sortit et se mit à courir hors de Bérégost, vers Vilario et Shydane. Trois hommes armés, deux d’épées courtes et un d’un arc, sortirent par la même porte et se mirent en chasse de la fugitive.
Shydane se rua en direction des bandits, talonné par Vilario, épée au clair. L’archer ajusta son arme et décocha sa flèche. Elle atteint la femme, lui transperçant l’abdomen. Shydane et Vilario n’étaient plus qu’a une dizaine de mètres des brigands. A la vitesse de l’éclair, l’archer réussit à décocher une autre flèche, elle frôla Shydane, lui laissant une zébrure au niveau de la joue. Les deux hommes d’armes s’étaient placés devant l’archer, laissant un espace entre eux pour que l’archer puisse décocher ses flèches.
Alors que celui-ci encochait une flèche, Shydane lui lança une dague. Celle-ci fit mouche au niveau du cou. Le combat ralentit tout à coup, Shydane, Vilario et les deux bandits de mirent à tourner autour d’un point imaginaire, en se toisant.
Alors que les deux bandits se jetaient sur Shydane en même temps, une hache de jet fendit le crâne de l’un et une salve de carreau arrêta définitivement l’autre bandit.

- Vous en avez mis du temps ! grogna Shydane.
- Mieux vaux tard que jamais ! répondit Glorthic.


Le petit groupe s’approcha de la femme, morte, et du nourrisson qui pleurait. Dwalgnar prit le bébé dans ses bras et tenta de le réconforter.

- Nous n’avons plus le choix, nous devons entrer à Bérégost, lâcha Vilario.
- Oui, tu as raison. Nous devons nous faire le plus discret possible. Kesrik’ck n’a pas eut le temps de prévenir ses hommes que nous ne devions pas entrer dans le village. Si nous nous faisons discrets, on ne se fera pas remarquer, acquiesça Shydane.


Après avoir enterré le corps de la jeune femme, le groupe, armes cachées sous les capes et capuchons rabaissés, entra dans Bérégost.

Episode 5 - Sang chaud...
- 1 - 2 - 3 - 4 - Forum -

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril