Bonjour. Identifiez-vous. Nouveau membre ? Inscrivez-vous.

 

 

 

 

13 Ches 1357 CV – 22 heures, Auberge de Feldpost

Un cliquetis intrigua le vampire tandis qu'il s'apprêtait à mordre goulûment dans la gorge de Vilario. Il n'eut pas le temps de relever la tête et d'éviter le carreau d'arbalète qui venait de l’atteindre à l’épaule.
Relevant la tête, il aperçut un nain dans l'ouverture de la porte de la chambre, tenant dans sa main une arbalète. Un autre carreau fut libéré en direction du vampire qui l'évita de peu et siffla dans la direction de Dwalgnar.
Le nain, intrigué par cet étrange personnage qu'il avait vu entrer dans l'auberge, était resté sur ses gardes. Aussi, lorsqu'il avait entendu des pas discrets dans le couloir, il y avait jeté un oeil, juste à temps pour voir cette silhouette s’introduire dans la chambre de Shydane et Vilario.
Les deux aventuriers dormant profondément n'avaient rien entendu, mais à présent, avec ces sifflements et ces cliquetis, ils étaient bien éveillés. Vilario, encore étourdi, ne comprenait pas encore ce qu’il venait d’éviter grâce à l’intervention de Dwalgnar qui multipliait les attaques contre le vampire.
Shydane se releva en deux temps trois mouvements, et saisit son arme pour passer lui aussi à l'attaque. Mais voyant que la situation tournait à son désavantage, la créature de la nuit préféra s’éclipser. Elle bondit à travers la fenêtre, et se réceptionna sur le sol dans une roulade, avant de disparaître au coin de la rue.

- Qu’est-ce qu’il voulait ? demanda Vilario en se frottant encore les yeux.
- Je ne sais pas, répondit le nain, mais il s’apprétait à te mordre.


Près d’eux, Shydane restait silencieux. Qu’avait tenté de faire Kesrik’ck en envoyant cette personne ? Voulait-il les déstabiliser ou bien cette attaque contre Vilario était-elle ciblée pour une raison spéciale ?
Quand Glorthic entra dans la pièce, attiré par tout ce rafut, le vampire était déjà bien loin...


Ecrit par Zaknafein
D'après une idée de : Morcar

16 Ches 1357 CV, 23 heures

Elania se releva d’un bond et évita de justesse de se faire égorger par Durgon.

- Que fais-tu ? s’exclama-t-elle.

Durgon ne répondit pas et tenta une autre attaque. La pointe de l’épée courte que tenait Durgon effleura le visage d’Elania, lui laissant une zébrure rouge sur la joue. Se repliant sur elle même, celle-ci effectua une roulade arrière et, dans le même temps, saisit sa dague coincée dans sa botte.
Durgon qui n’avait pas vu Elania faire, se rua sur celle-ci. Elania mit d’instinct la dague devant elle et Durgon s’embrocha dessus, au niveau du foie. L’épée courte de Durgon empala également Elania. Le temps se figea. L’espace de quelques secondes, Elania crut voir, à la place de Durgon, un humanoïde de couleur blanche, sans trait au niveau du visage. Durgon se retira de la morsure de la lame et s’enfuit vers le nord. Au même moment, Elfrano sortait de sa tente, l’arme au poing.

- Qu’y a t-il Elania ? Oh ! Mais tu es blessée ! Ne bouge pas, Durgon va arranger ça. Où est t-il au juste ? Ne devait-il pas effectuer le premier tour de garde avec toi ?
- Je... Je... Durgon, il m’a attaqué... Réveille Rogis et Alléria, et passe moi une fiole rouge de mon sac... Ce sont des potions de soins.


Elfrano s’exécuta le plus vite possible, au bout de quelques secondes de fouille dans le sac d’Elania, il sortit victorieusement une des fioles et la tendit à Elania. Il alla réveiller Rogis, qui malgré le boucan, dormait encore comme un loir, tout comme Alléria.
Quand ils sortirent de la tente, Elania était totalement revigorée et deux flacons vides traînaient par terre. Elle commença tout de suite à expliquer les faits :

- Durgon m’a attaqué alors que je dormais. Il est parti vers le nord, il est blessé, il n’ira pas loin tout seul.
- Pourquoi dormais-tu ? Tu aurais pu y rester ! Et pourquoi cet imbécile t’a t-il attaqué ? s’énerva Elfrano, apparemment frustré.
- Je n’en sais rien ! Mais là, nous perdons du temps. Deux choix s’offre à nous : on poursuit Durgon ou bien on continue notre route.
- Cela ne sert à rien de le traquer. Il ne nous avouera certainement pas les causes de ses actes, il est peut-être déjà mort à l’heure qu’il est si la blessure est aussi vilaine que tu le dis, dit pensivement Rogis. Je propose que nous nous reposions pour la nuit puis que nous reprenions la route demain matin.


Tout le groupe acquiesça. Les membres de celui-ci organisèrent les tours de garde différemment pour plus de sûreté : deux personnes veillaient pendant que les deux autres dormaient. La nuit se passa sans autres incidents...

13 Ches 1357 CV – 22h30, Auberge de Feldpost

L’aubergiste entra à la volée. Il examina la situation et s’exclama :

- Ma parole ! C’est pas possible ! Partout où les Cramgon sont, il y a un malheur qui arrive ! Que s’est-il passé ?
- Un vampire a essayé de mordre Vilario, répondit Dwalgnar sur un ton détaché.


L’aubergiste s’en fut de la chambre en pestant. Bientôt, un brouhaha monta de la pièce principale de l’auberge. Les hommes de l’auberge, de braves gens comme la plupart dans cette région de la Côte des Epées, se dispersèrent dans les rues par petits groupes armés, à la pourchasse du vampire.
Shydane demanda à Vilario si il allait bien et examina si celui-ci, n’avait pas de morsure. Le petit groupe descendit et Shydane présenta ses excuses à l’aubergiste :

- Nous sommes désolés pour ce qui vient de se passer.
- Si personne n’a été mordu, c’est ce qui compte. Nous, on veut juste que vous fassiez votre travail, efficacement et rapidement.


Chacun commanda une liqueur pour se remettre les esprits en place. Vilario n’arrivait toujours pas à réaliser que sans l’intervention de Dwalgnar, il serait à l’heure actuelle un vampire. Il n’y eut aucun commentaire sur cet incident, chacun buvait en silence. Glorthic conclu qu’il allait falloir renforcer la surveillance des chambres, et qu’il fallait trouver une jeune fille au plus vite.

Les petits groupes formés à la hâte revinrent les uns après les autres, tous aussi penauds les uns que les autres.

13 Ches 1357 CV – 00h10, Une chaumière aux abords du village

Elstel tint la main de sa mère jusqu’au dernier instant. Le souffle rauque de plus en plus rapide, Ilret, la mère d’Elstel expirait. La bougie de chevet s’éteint en même temps que la vie de celle-ci. Elstel se mit à pleurer à chaudes larmes dans le noir.
Sa famille n’avait jamais été riche, vivant d’une parcelle non loin de Bérégost. Les raids de bandits, l’impossibilité d’aller aux champs pendant l’automne, une période vitale pour les récoltes, et la mauvaise préparation de l’hiver dûe à cela avaient plongé sa famille dans la misère.
Elle était la seule fille de la famille. Ses quatre frères et son père étaient morts, pris en embuscade par les bandits.
Il ne lui restait plus rien. Elle se demandait ce qu’elle allait devenir : elle n’était d’aucune utilité aux champs, elle n’avait pas d’époux, pas de dote à proposer, elle et les travaux manuels faisaient deux. Elle n’avait aucun avenir !
Elle décida d’aller prévenir le village de la mort de sa mère. Avec de la chance, un généreux accepterait de la loger pendant un temps en échange de ses services. Elle commencerait par l’auberge de Feldpost, sa mère et l’aubergiste étaient très proches fut un temps.
Elle croisa des patrouilles d’hommes armés sommairement. Pour une raison qu’elle ne s’expliqua pas, Elstel préféra ne pas leur demander ce qui se passait et préféra les éviter. Les hommes armés ne la remarquèrent pas. Il se passait quelque chose d’apparemment assez grave dans le village.
Elle décida de couper par une petite ruelle pour rejoindre l’auberge plus facilement. La ruelle était sombre et étroite, des amas d’ordure s’étalaient un peu partout.
Elle la traversa à grande enjambée. Au milieu de celle-ci, un sifflement venu des toits attira son attention, elle s’arrêta. Elle regarda en haut, puis à droite, se retourna pour regarder à gauche... Et un homme l’empoigna par la chevelure. Elle cria mais dès qu’elle pu mieux voir son agresseur, les sons ne sortaient plus de sa bouche. Ses yeux rougeoyaient d’une haine indescriptible. La blancheur de sa peau était visible à travers l’obscurité de la ruelle. Elle essaya de s’enfuir mais en vain. L’homme approcha son visage du sien mais s’arrêta, figé en plein mouvement. Il émit une sorte de grognement et courut, sans faire de bruit et gracieusement à l’autre bout de la ruelle avant de disparaître à l’autre bout de celle-ci.
Au même moment, un groupe de personnes, apparemment constitué de deux nains et deux hommes s’engouffra de l’autre coté de la ruelle, celui vers lequel se dirigeait Elstel avant de se faire agresser.

Episode 6 - ... pour créatures au sang froid
- 1 - 2 - 3 - 4 - Forum -

Ce site n'est pas officiel. D&D/Dungeons and Dragons, Royaumes Oubliés/Forgotten Realms et DragonLance sont des marques déposées de WOTC inc.
Les images telles que les couvertures de romans où les illustrations de personnages et organisations appartiennent à WOTC, Milady et Fleuve Noir.
Les titres de jeux-videos ou captures d'écrans appartiennent aux développeurs respectifs de ces jeux.
Le reste est © Morcar/Le monde de Toril